Comment peut-on devenir Président, sans avoir remporté le vote populaire ?

Cela peut paraître absurde mais un Président peut-être élu sans avoir décroché le plus grand nombre de voix, aux Etats-Unis. On vous explique pourquoi.

L’élection présidentielle américaine est un suffrage indirect. Dès la conception du système fédéral, les Etats-Unis ont décidé d’un système à deux vitesses. Le Congrès, composé du Sénat et de la Chambre des Représentants, est directement élu par le peuple ; le Président et le Vice-Président sont élus par les Etats de la Fédération. Aujourd’hui, Américains et Américaines se sont précipités au bureaux de vote non pas pour élire leur futur Président mais pour voter pour les grands électeurs.

Qui sont les grands électeurs ?

Il s’agit des représentants du peuple américain, chargés d’élire le Président. Ils sont tous attribués à un tandem Président – Vice-Président, et c’est sur cette base qu’ils sont choisis par leurs électeurs.

Chaque Etat a droit à un nombre précis de grands électeurs qui dépend de sa population. La Californie, par exemple, est l’Etat qui possède le plus grand nombre d’électeurs : 55. L’Alaska, par contre, n’en a que trois. En tout, ils sont 538 électeurs à former le Collège électoral.

Pour remporter l’élection, il faut engranger 270 voix, soit une majorité absolue. Et ce n’est pas forcément celui qui a remporté le plus de votes populaires qui décroche cette majorité.

Des précédents

Ce n’est pas souvent que cela arrive, mais quatre Présidents ont déjà remporté la course sans être favori des Américains : John Quincy Adams en 1824, Rutherford Hayes en 1876, Benjamin Harrison en 1888, et plus récemment George W. Bush (contre Al Gore) en 2000.

Ahlem Khattab