Clinton après la bataille… Et maintenant ?

CAMPAGNE 2016 – Donald Trump lui avait promis la prison s’il devenait Président. Qu’adviendra-t-il d’Hillary Clinton maintenant qu’elle a perdu la course à la Maison Blanche ?

Toute sa carrière politique a mené à ce jour. La présidence, à sa portée. Les résultats sont tout d’abord serrés, puis la vision se clarifie. Les chiffres continuent de tomber. C’est confirmé : Hillary for President, ce n’est pas pour 2016. Un surprise de taille qui n’est pas sans rappeler celle de 1948, la réélection inattendue d’Harry Truman.

Un rêve de longue date

Avant l’élection de 2016, il y a des années de politique. Son engagement pour l’éducation, pour la santé, en tant que Première dame de l’Arkansas à la fin des années 70. Son implication dans l’administration Clinton en tant que Première dame des États-Unis. Toujours aux côtés de son mari, légèrement dans son ombre. Ce n’est qu’en 2000, quand elle devient de sénatrice de New York qu’Hillary Rodham Clinton vole de ses propres ailes. Le chemin s’ouvre enfin à elle vers ce rêve : la présidence. Après deux mandats au Sénat, elle continue sur sa lancée et tente sa chance à la présidentielle. A son plus grand regret, elle ne va pas plus loin que la primaire, c’est Barack Obama qui rafle tout à coups de « Yes, we can ». Elle lui apporte son soutien et Obama fait d’elle sa Secrétaire d’État, poste qu’elle occupera jusqu’à 2013.

2016, l’année d’Hillary

Et enfin, les choses semblaient bien parties. Pas de Barack Obama pour lui faire de l’ombre, cette fois-ci sera la bonne. Elle dépasse le cap de la primaire et se lance contre Donald Trump, confiante. Elle mène largement, les sondages la donnent déjà gagnante. L’affaire des e-mails surgit, lui met des bâtons dans les roues mais elle essaie de garder la face et le FBI finit par déclarer qu’il n’y a pas lieu de mener des poursuites. Elle remonte dans les sondages, la confiance revient. Puis le vote. Et enfin le résultat. C’est raté. Encore.

Quelle est la suite ?

Cette défaite sonne comme un point final à sa carrière politique. Essaiera-t-elle de s’en relever malgré tout ? Mais si elle décide de le faire, pourra-t-elle, dans quatre ans, à 73 ans, aller aussi loin dans la course ?
En attendant, si ce n’est pas la politique, elle pourrait s’investir davantage dans la Fondation Clinton et en faire son cheval de bataille. Il y a aussi la famille, les petits-enfants.

Trump ira-t-il au bout de ses menaces ?

« Si je gagne, je vais donner l’ordre à mon ministre de la Justice de nommer un procureur spécial pour faire la lumière sur votre situation, parce qu’il n’y a jamais eu autant de mensonges, autant de choses cachées. » Cette promesse, Donald Trump l’a lancée durant le deuxième débat présidentiel. Le futur Président américain mettra-t-il en exécution cette menace ? Comme celle de construire un mur entre le Mexique et les Etats-Unis…

Ahlem Khattab